Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
11 mai 2009 1 11 /05 /mai /2009 18:16

Après les echos que j'ai eu, à propos des gamarres, je décides d'aller voir si les truites de LA rivière ont bien le groin dedans!

Arrivé vers 6h, je trouve bien les gamarres mais pas les truites... Changement de bordure, et je trouve enfin trois beaux poissons en plein festin; Manque de bol, ils sont dans des endroits inattaquables! Du coup, je passe un moment à les filmer.

Nouvelle bordure, et je trouve quelqu'un sur la zone. Je remonte donc vers l'amont, mais nada. Je prends donc l'option d'aller sur un spot peu poissonneux, mais où il y en a quelques belles!

Sur place, le premier poisson que je connais n'est pas sur sa zone, mais le second est bien là, le groin dans les gamarres. Après une approche de plusieurs minutes, je réussirais à lui faire quelques passages, mais au bout d'un moment, la "verrue" s'en va dans le profond...

Je remonte sur la berge pour être en surpomb, et j'en aperçois une, au milieu de la rivière, devant une grosse roche, dans un bon mètre cinquante de flotte. Je descends pour l'attaquer, mais d'en bas la vision, n'est pas terrible; Elle est dans une zone d'ombre, et vu qu'il n'est pas tard, et que le soleil devrait monter vite, je décide de patienter...

Au bout d'une demi-heure, le soleil est bien monté, et la grosse roche est au soleil, mais la maline, se décale avec le soleil, de sorte, d'être toujours à l'ombre. Je monte donc sur un cailloux, pour augmenter un peu mon champ de vision, et je l'attaque. La première nymphe, n'est pas assez lestée, la seconde ne l'interresse pas, mais au passage de la troisième, elle se décale; Je ferres au cas où(vu que je vois très mal), et cela bouge au bout! Elle est piquée! Le combat n'est pas très violent, mais le poisson est lourd, et s'appuie bien sur le courant. Au bout d'un moment, j'arrive à mettre à l'épuisette ce gros mâle, qui doit avoir quelques années...

65cm au compteur, pour ce poisson à l'allure préhistorique!




 



 

Direction ensuite l'aval, mais en route, coup de fil de Phil qui m'apprends qu'il n'est pas loin et accompagné de Fabrice; Je passes donc les voir. Fabrice a fait une 58, mais ils ont vu très peu de fish.

Là dessus coup de fil de Gégé :

Alex, il faut que tu viennes, ça gobe, je viens d'en perdre une qui m'a sorti plusieurs dizaine de mètre de backing, et j'en ai une belle dans l'épuisette.

J'arrive l'ami!

En effet, en arrivant, je vois mon Gégé tout sourire, avec une belle 58 faite en sèche!

 



 

Malheureusement, le gros de l'éclosion se termine, et j'aurais juste le temps d'en foiré une au ferrage!

On remonte ensuite gentillement la bordure, et Gégé "l'oeil de lynx" nous trouve 2/3 gobages au milieu de la rivière. Et hop, une 51 en sèche!




 

La fin de la journée sera prospection et retrouvaille avec Phil et Fab!


 

 

Nouvelle mission, ensuite, arriver à faire prendre à Nass son premier fish sur cette rivière. Rendez vous à 6h et le gaillard est bien là, en tong! On s'équipe et on attaque la première bordure. On voit un poisson qui au moment de l'attaquer nous fera une nageoire d'honneur, un autre qui n'appréciera pas notre présence, et enfin un plus petit, mais bien actif! On regarde un peu son manège, puis j'invite Nass à l'attaquer. Où elle est placé c'est compliqué, mais on doit pouvoir la pêcher à deux! Il contourne donc le fish, pour se positionner au dessus de lui derrière un buisson; Je vais donc être ses yeux :

Tu vois le cailloux qui dépasse, elle est juste derrière, 50cm plus au large. Tu arbalètes par là, et je te dirais quand ferrer.

Elle ne nous a pas vu, et elle est en pleine frénésie, autant dire que cela sent bon!

En même temps, je filme la scéne.Il arbalète donc la nymphe, et à l'impact, elle vient voir et fonce sur le gamarre.

Ferres!!!

C'est bon elle y est, et Nass est comme un dingue. 42cm de bonheur pour le gaillard!




 

 

Le reste de la journée sera plus compliqué...

Ah si, un magnifique spectacle auquel on pourra assiter avec Lilian et Nass.

Dans un petit radier, un beau poisson en train de chasser. Grosses vagues, éclaboussures, et sauts de blanchaille pour lui echapper seront au programme!

Le lendemain, je récupère Steph; Avec ce temps couvert, j'ai bon espoir pour pouvoir pêcher en sèche. Malheureusement le vent sera de la partie rendant la pêche très compliqué. Il y aura bien, en fin de journée, où l'on attaquera chacun un poisson, mais avec les rafales de vent, impossible de savoir si ils avaient pris...

Du coup, changement de fusil d'épaule pour monter sur la "Jura's pearl"!

Steph me fait découvrir un secteur que je ne crois pas avoir déjà pêcher.

On prends chacun un berge, et cela ne tarde pas; Steph en loupe une au ferrage et en casse une autre, alors que je ferais partir 2 poissons qui était très très près de la bordure.

Je fais donc un peu plus attention, et je tombes nez à nez avec un poisson à 30cm de la bordure dans une vingtaine de centimètre d'eau. Changement de nymphe pour un modèle non lesté, arbalète, et pan, ferrage! Le combat durera quelques secondes, car la berge étant en pente douce, et elle, se contorsionnant sur place, je la fait "surfer" sur la bordure! 49cm tout de même!


 



 

Steph me rejoint pour faire les tofs, et passe ensuite devant. On fait quelques mètres, et il ferre un poisson survitaminé qui lui sortira une grosse dizaine de mètre de soie. Un centimètre de moins pour cette 48!


 

 



On continue notre remontée, et il refait une 40 qui chassait dans une retourne. Puis on trouvera de jolies nymphes.




On arrive à la limite du parcours et en redescendant, je louperais comme une guenille un poisson, alors que Steph fera une jolie 51!

 



 

Avant de changer de spot, direction l'endroit où il avait cassé le matin, pour une éventuelle vengeance. Et pan, une 44 qui se laissera séduire!


 

 

Une bien belle matinée avec 5 fishs, mais malheureusement qui s'arrêtera là, car à midi un vent assez fort se lève, rendant la NAV impossible...

Du coup le lendemain, on revient sur cette rivière, où l'ami Nico doit nous rejoindre. On attaque un autre secteur, mais là, c'est pas la même, enfin si le début : Steph loupera 2 poissons de suite.

Par contre après, ce sera la fête au refus!!!

En milieu de matinée Nico nous a rejoint et il se trouve sur la berge en face; Il nous dit qu'il y a plein de poisson, mais nous décidons de le laisser tranquille et de retourner sur la zone de la veille.

J'attaquerai un peu plus à l'aval, alors que Steph refera le même parcours; Bilan, Steph ne verra qu'un malheureux fish inattaquable, alors que de mon côté, j'aurais un peu plus de chance avec 2 poissons de 45 quasi d'affilé, sur 20m de rive.






 

Avant de partir, je guide Steph qui est en bas, alors que je suis sur un pont, et il ferre une petite 35, mais le coup de ligne était sympa!

En milieu de journée, on rejoint Nico, qui au passage a fait son premier fish sur cette rivière (47cm), pour casser la croute, et voir si il y a vraiment du fish en vadrouille... Et en effet, y a du monde sur la zone!

Il y a un peu de vent, mais avec un peu de patience cela reste pêchable. On prend encore pas mal de refus, puis au bout d'un moment, Steph nous met une 48 à l'épuisette.

 


 

Sur le lancer suivant, alors que je galèrais sur un poisson, je réussis à le ferrer. Je le voyais plus gros que cela, mais une jolie 51 avec une grosse tête finit dans l'épuisette!




 

On repêchera un peu, mais il est temps de rentrer...

Quelques jours bien sympa avec les potes, de jolis coup de ligne, et ce poisson venu du Jurassic!

Repost 0
3 mai 2009 7 03 /05 /mai /2009 19:17
L'ami Toto avait prévu d'aller faire un tour chez "lui", et j'avais enfin l'occasion de l'accompagner!
Cela fait maintenant 9 ans que je n'étais pas retourné là-bas, et vendredi soir, je suis chaud bouillant, lorsque je monte dans la voiture!
J'ai encore en tête la marmo de 81cm que j'avais fait à l'époque, la gentillesse de sa famille, et la nature préservée!

Après avoir roulé toute la nuit, nous voilà enfin arrivé, et nous trouvons la rivière en ordre.




C'est dans cette fosse que nous avions pu voir par le passé, un très, très gros poisson!


Les 2 premiers jours se feront encore plus à l'Est, car le week end étant férié, pas moyen d'obtenir une carte de pêche.


Puis malheureusement, nous allons avoir un gros coup d'eau faisant monter les rivières, rendant la pêche compliqué, mais la roulette et la pêche aux leurres, nous a permis de nous en sortir.


Heureusement que nous allons également trouver quelques solutions de replis pour NAVer...


Enfin, le dernier jour nous retrouverons des conditions idéales.




Bref, un très bon moment, avec un très gros C.R. à venir!


Un peu de patience et vous aurez droit au fish en entier...
Repost 0
22 avril 2009 3 22 /04 /avril /2009 09:53

Départ de la maison à 4h30 et arrivée au bord de l'eau vers 7h; Le temps est plutot sympa, et l'ami Phil me rejoint.

A peine arrivé que Philippe nous débusque un gobage sur la bordure. Après avoir affiné sa pointe, il réussi a ferrer et à mettre à l'épuisette une pettite 35!


De mon côté, je trouve un poisson qui se nourrit bien, mais je suis mal placé, et au bout d'un moment, elle me lève.

On fera ensuite plusieurs spots, mais nada, et en plus, le vent se lève.

Je passe un coup de fil à Gégé, et ce dernier m'apprend que cela bouge de son côté! Nous descendons donc le rejoindre. Nous attaquons chacun un poisson en nymphe, sans succès.


Nous remontons ensuite à la hauteur de Gégé, mais sur la berge d'en face pour ne pas le géner. En quelques minutes, il nous prendra sous le nez un poisson de 50, et dépiquera un autre poisson, où l'on aura pu voir le gobage en live!

Nous continuons notre remontée, et arrivé à une grosse cinquantaine de mètre d'une grosse roche, je vois un gobage(c'est dire si ce dernier était discret).


Nous remontons prudemment, et en fait, il y a au moins 5/6 poissons qui se nourrissent sur une 20m2.

Je n'avais jamais vu cela!!!

Je fixe un petit parachute, et essaye de poser la mouche a peu près correctement... Il faut dire qu'il y a un fort vent de face. Je suis véritablement obligé de plaquer la mouche, mais au bout d'un moment ma sèche est littéralement englouti! Ferrage, et c'est lourd. Rush en direction de l'amont, bridage, le poisson essait de contourner la pierre, rebridage, puis départ vers l'aval, j'arrive à la monter en surface, la manque à la première tentative, mais au deuxième essai, la belle finit dans l'épuisette.

La barre des 60 est atteinte!


 



 

Là, elle fait sa môvaise!


 


 

C'est maintenant au tour de Philippe de s'y coller, malheureusement, à peine s'est il mis en place, que l'eau monte, changeant la topographie du poste, et donc, disparition des truites...

On redescend donc et l'on croise Yvan qui vient de voit un truite croquer un chevesne mort qui dérivait; Du coup, il sort l'artillerie lourde avec un joli B'Freeze 128 tout neuf, mais la bougresse ne semble pas interresser par ce "tracassin à bille"!!!

Le lendemain rendez vous est pris pour pêcher, mais aussi pour faire un bon casse croute préparer par "Mme Gégé", et nous sommes pas moins de 7 : Gégé et son frangin, notre toqueur de Miège et Yvan, Phil, Pierrick et moi. Niveau pêche, il y a eu encore pas mal de mouches mais beaucoup moins de gobages.


L'olive touch.

 

 

Bref, cela ne restera pas dans les annales. Gégé perdra un beau poisson à la nymphe d'Homme, alors que Pierrick attaquera un poisson durant près d'une heure sans succès(on y reviendra sur ce fish).

Autre jour, et cette fois, je fais pas mal de prospection pour découvrir un nouveau secteur; Donc pas mal de marche et très peu de pêche, pour au final, un secteur qui ne m'inspira pas.


Je redescends donc sur le bas et j'en profite pour aller voir si le poisson de Pierrick est encore là. Et en effet, ce dernier est bien à la même place et gobe de temps en temps. Je le pêcherai durant une grosse demi heure, sans succès. Je remonte ensuite où j'avais pris la 60, mais seul quelques groins gobent.


Je décide donc d'aller voir sur "la bordure à Gégé". Je la remonte doucement, car la semaine passée, j'avais trouvé un poisson en pleine activité, mais je n'avais pas réussi à le leurrer. Et bien ce dernier est exactement à la même place, mis contrairement à l'autre jour, il gobe un peu plus. Je remets le petit parachute qui a fonctionné il y a peu. Premier lancer trop loin, le second trop contre la bordure, enfin le troisième est pas mal. La sèche dérive à une cinquantaine de centimètre sur le côté gauche du poisson, et je peux observer le poisson qui vient de voir l'imitation, surement un peu trop tard, car la truite part littéralement à un mètre en aval pour venir intercepter ma mouche(du bonheur, lorsque l'on peut le voir!). Ferrage, bridage, "patassage" et elle finit dans l'épuisette.

Un poisson de 53cm, qu'en fait je reconnais!

Et oui Michel, un pote à Gégé l'avait prise le week end de l'ouverture. Et comment la reconnaitre, elle a le même défaut à la commissure des lèvres! Après un gros mois d'intervalle, je la reprends donc à une cinquantaine de mètre, d'où Michel l'avait prise.


 



 

Je continuerai bien à remonter cette bordure, mais je n'y croiserai pas d'autres poissons.

Il est maintenant l'heure de rentrer chez le Bon Yann, qui nous a préparé un succulent poulet!

Dans la soirée, j'apprends que Fabrice sera au bord de l'eau le lendemain, et comme je lui ai dit sur le blog du Phil, on va essayer de faire fumer son Tibor...


On se retrouve donc sur un spot connu de nous 2. A peine arrivé, que je croise 2 poissons, mais sans suite. L'eau n'est pas super claire, et on décide donc de traverser la rivière, pour faire la bordure d'en face qui est moins profonde. Fab passe devant, et je le previens lorsque l'on arrive sur les hot spots. Arrivé à un endroit où j'en vois régulièrement, nous nous arrêtons un moment; Ne voyant rien, lui continue sa remontée, alors que moi j'attends encore un peu, et voilà, qu'un joli poisson(estimé à 55) remonte depuis l'aval. Je le vois arriver d'assez loin du coup, je me positionne et je préviens Fabrice. Ca y est, elle est à distance d'arbalète, immersion de la nymphe, animation, elle détourner son chemin et saisie la nymphe, je ferres puis sautes à l'eau pour qu'elle parte au milieu, mais au bout d'une vingtaine de seconde de combat, la gaillarde se décroche. C'est la première de la saison, mais comme on dit, "c'est le jeu ma pov' Lucette"!


On décide ensuite de descendre voir "la truite du tas de bois", mais elle n'est pas chez elle!!! Cependant, sur la descente Fabrice en débusque une qui grignotte du gamarre. Il l'attaque donc mais à la première tentative, il se ferre dans une herbe; Impossible donc pour lui de pêcher, et je prends le relais. Je la ferais bouger sur 2 gamarres différents, mais pas moyen de voir si elle l'avait bien pris, soit 2 ferrages dans le vide. On la laisse un moment, et sur la remontée Fabrice la réattaque, mais à nouveau sans succès...




Milieu de journée, on change de crêmerie, et direction le secteur où j'étais ces jours. Première bordure, et on se rend compte qu'il y a un gars devant nous; Du coup, on sort de l'eau, et on remonte bien au dessus de lui pour ne pas le géner, mais après plusieurs centaines de mètre à remonter la rivière toujours aucun fish en vue(mis à part celui qui est parti dans nos pieds).


On est prêt à changer de secteur, mais avant de partir je lui propose d'aller voir "la truite de "Pierrick"...

On se pose un moment, et elle est bien là, à nouveau à la même place! Je lui propose donc de l'attaquer. Il ya un gros vent de travers, et lors des premiers lancers, il ne voit pas sa mouche. Je lui propose donc de changer pour un modèle plus visible, histoire de voir tout d'abord la dérive. Après plusieurs essais de mouche, il se décide à mettre LA mouche; En effet, il s'agit d'une mouche compliquée à monter mais qui a de gros résultats...

Premier lancer, la truite gobe, ferrage, mais ce n'était pas sa mouche...

"Je vais l'avoir calé?"

"Vas y, avec ce zeffe, elle ne l'a peut être pas vu".

Deuxième nacer, dérive, gobage, ferrage, elle y est!

Il ne lui aura fallu que 2 lancers, alors qu'avec Pierrick, on s'y était cassé les dents!

Revenons en au combat, gros rush vers l'aval, Fabrice lui court après, mais est un peu fébrile.

"Bride un peu plus et met ta canne sur le côté, pour la sortir de la veine pricinpale".

Après quelques minutes, je réussis à la glisser dans l'épuisette.

C'est un beau poisson de 57cm, et Fabrice a un sourire jusqu'aux oreilles!

Super content pour lui, car il n'avait pas eu beaucoup de réussite la saison passée.



 

Nous referons encore 2 bordures, mais sans résultats, nous arrêtons la pêche pour aller boire une binch, histoire de fêter le premier fish de la saison de Fabrice!

Une bonne petite virée, avec un temps correct, des potes, de beaux poissons qui gobent... Manque plus que la stabilité des niveaux!

 

 

Repost 0
16 avril 2009 4 16 /04 /avril /2009 01:06

Après des niveaux d'eau assez haut et faisant le yoyo, j'ai la chance de passer une journée avec des niveaux corrects et relativement stable.


Les 2 premiers spots sont vite peignés car aucun fish de vus. Je descends donc une bordure, mais rien, je suis prêt à faire demi tour lorsque j'aperçois un poisson au milieu! Bien évidemment, il n'est pas attaquable, mais cela remet le moral! Je continue donc ma descente, et je vois ensuite un poisson posté; Je le contourne donc pour essayer de l'attaquer depuis l'aval. "Manque de chance" pas moyen de se mettre à l'eau car plusieurs poissons sont postés sur une cinquantaine de mètre de bordure.

Du coup, cela sera arbalète, mais elles connaissent la musique car elle ne se rapproche qu'à de très rare occasion de la bordure.

J'arriverai tout de même à en pêcher une, mais je prendrais un refus magistral!


Avec ce genre de niveau, je décide de traverser la rivière pour faire l'autre bordure. Je redescends donc, mais je ferais juste partir un poisson que je n'avais pas vu. J'arrive à la limite aval; Bien que je n'y vois rarement de poisson, je décide tout de même de regarder à la confluence du petit affluent. J'aperçois tout d'abord une petite truite d'une tretaine de centimètre, puis un chevesne, puis un poisson plus sombre, de couleur émeraude : c'est bien une truite!

Je me positionne, premier lancer trop éloigné du poisson, le second est bon; La nymphe s'immerge, animation, elle l'a vu, décolle et l'engouffre. Ferrage, puis gros rush(heureusement que j'avais opter pour du 14 centième), mais au bout d'un moment la belle finit dans la "G.net".

Un joli fish de 48cm, avec une robe comme je les aime!


 



 

En remontant cette bordure je dérangerai juste un groin, peinard, sur une bordure à truite!


 

 

Changement de coin, et arrivé sur place, je prends un moment pour admirer la progéniture de l'année.


 

 

Mais je n'aurais pas l'occasion de croiser les parents, ou même les grands parents.

Avant de partir, je vais faire un dernier petit tour à un endroit spécial!

N'y croyant plus trop, c'est même sans canne que je me dirige vers la rivière, à quelques mètres. Tout en discutant au téléphone avec Toto, je descends vers l'eau, mais je regrette vite mon imprudence, et je raccroche dans la foulée! En effet, un poisson de 65+ se goinfre de gamarres. Je pense pourtant l'avoir bien pêché, mais je n'arrive pas à la leurrer, et agacée de voir passer mes mouches, elle s'en va tranquillement.

Un peu plus haut j'en croiserai 2 autres...

Du coup, le lendemain, je décides d'attaquer direct par cet endroit. Manque de bol, ils ont ouvert les robinets et les poissons ne sont plus sur les bordures de la veille.

Je décides donc d'aller voir à l'aval, où j'en avait vu une hier, croquer du gamarre dans un tas de branche.

On la devine ici :



 

Après 2 essais, la belle aspire mon imitation de gamarre parasité. Ferrage et elle y est.

Là je pose un problème : brider telle la bête, en se disant ça passe ou ça casse, ou bien laisser du mou, en espérant qu'elle parte au large, puis faire passer la canne et la soie sous ces branches.

J'ai choisi la seconde option, mais cela n'a pas été concluant, car ce fut la casse.

La prochaine fois, on tentera le bridage en force!

Un peu en dessous, je me rappelle qu'il y avait "la truite du tas de bois"; C'est une truite que je n'ai jamais réussi à leurrer, car elle se ballade dans un immense tas de bois, et le temps de lui lancer l'imitation, qu'elle est déjà, passer sous une branche, et donc déjà hors de portée.

Et en effet, elle a bien passé l'hiver, car elle est bien là, et en plus, postée devant le tas de bois.

Je la contourne donc, puis doucement descend à l'eau, à l'aval. Je pense qu'elle a compris qu'il se passait quelque chose, mais au lieu de rentrer dans le tas de bois, elle se pose quelques mètres en amont. Un petit coup d'arbalète, la nymphe dérive, animation, elle se décale, prends la nymphe, je ferres et rien...

Alors là, je n'y comprends rien, il me semble bien qu'elle l'avait dans le bec!

Nous voilà en milieu de journée, et je décides de descendre sur le spot à Gégé.

A peine arrivé que j'en fait barrer une que je n'avais pas vu.

Juste au dessus, où j'avais fait une 52, il y a peu, je distingue un poisson. Je me pose, et attends le moment opportun pour lui présenter la nymphe.

OK, c'est bon, un petit coup d'arbalète, et la nymphe s'immerge. Ca y est, elle l'a vu, l'observe de très prés, puis me fait un magnifique refus!

Je monte donc dans les courants, pour voir si il ny en avait pas une sur la bordure, et après une centaine de mètre de remontée, j'en aperçois une. Elle est bien attablée; A tel point, qu'à un moment, elle me gobe même sous le nez.

Malheureusement, elle viendra voir diférentes de mes imitations, sans jamais les prendre!

Une seconde journée peu évidente, mais comme je l'ai dit dans le titre, cela s'améliore gentillement, et si les niveaus se stabilisent un peu, les gamarres devraient faire monter pas mal de poissons sur les bordures...

Repost 0
8 avril 2009 3 08 /04 /avril /2009 09:49

En effet, avec les niveaux d'eau qu'il y a en ce moment, c'est pas bien simple de trouver de l'eau claire...

Du coup, direction la rivière à Toni, vu qu'il n'y a que là, que l'eau permet de pêcher en nymphe à vue.


Jusqu'à l'ouverture de l'ombre on ne peut rentrer dans l'eau, et on est donc souvent obligé de pêcher bien en surplomb de la rivière, rendant les posers bien compliqués. Mais avec un peu d'entrainement, et un changement de technique(surtout au niveau des lancers et posés), les résultats ont commencé à payer!


J'ai "tourné" en moyenne à une dizaine de poissons/jour, avec des truites allant de 25 à 40cm.

Malheureusement, j'ai perdu un très beau poisson pour cette rivière(un peu plus de 50cm).

Quelques gobages et donc quelques prises en sèches, mais la NAV a été reine, avec de petites nymphes sobres.

 


 




Bien sur, l'ami Jebbali m'a rejoint, tout comme Marko, bien s'en est bien sorti pour sa première sortie NAV, et Nico, qui n'était pas en réussite.


 

 

Et on a même réussi, à un moment, à faire un doublé.

Petite indication pour savoir à qui "appartient" les truites, c'est rapport à la taille du pêcheur...



 

Une pêche, donc un peu particulière, mais bien sympa de faire quelques fishs en NAV en ce moment.

Repost 0
27 mars 2009 5 27 /03 /mars /2009 20:22

Petit coup d'oeil au niveau des rivières et décision est prise de changer un petit peu...

Arrivé sur place à 9h30, elle est un peu tendue, mais ça pêche! Par contre, les fonds sont déjà bien colmatés... Seuls les spots peu profond permettent de distinguer les fishs.

Première bordure et rien, jusqu'à ce que j'arrive au virage, où par mégarde, j'en fait partir une... Je continue ma remontée, mais nada! Je redescends donc en faisant attention. La belle s'est remis en poste. Je la contourne donc, puis je me place à l'aval.

Elle est en pleine activité : elle nymphe et même gobe! Le souci, c'est qu'elle est très mal placée; La coquine est entre la berge et une branche qui est dans l'eau(et qui emmerge également). J'ai une cinquantaine de centimètre de manoeuvre... Du coup, cette satanée branche me "pique" 7/8 bas de ligne accompagnés de mouches. ais au bout d'un moment, j'arrive à poser ma sèche convenablement, et la belle l'aspire tranquillement. Ferrage, bridage, mais elle arrive tout de même à la branche. Cassé!

J'ai beau y repenser, mais c'était couru d'avance!

Changement de spot; près avoir garé la carriole, je fais quelques mètres pour regagner la rivière. Le fond est sombre(disons totalement obscure), mais j'aperçois une tête derrière un bosquet!

Premier coup d'arbalète, animation, aucune réaction. Changement de nymphe, arbalète, animation, elle se décale tranquillement. Ferrage, elle y est! c'est costaud et après un combat tout en puissance, elle finit dans l'épuisette : 57cm!

 




 

Un magnifique poisson, et je fais déjà mieux que l'an passé!

Je remonte cette bordure et quatre/cinq cent mètre au dessus, je retrouve un poisson en poste, comme celui que j'ai cassé. Seulement ce coup-ci, elle est devant une pierre, et il n'y a pas de méchants obstacles...

Je mets une petite nymphepeu lestée et claire. Je me règle pour la pêcher en revers; C'est OK, je lance 1.5m devant elle et après la dérive, la truite vient la cueillir comme une fleur. Ferrage puis départ vers l'aval en direction d'un buisson à demi immergé, mais après un "petit" bridage, elle finit dans l'épuisette. 50cm tout rond!


 


 

Je continue ma remontée, mais rien. en redescendant, en surplomb de la rivière, je vois un beau poisson qui s'alimente sur le fond(spot peu profond, environ 50cm). Vu qu'elle remonte tranquillement, je me place en amont pour l'attendre.

Je vais donc la tenter plein aval. J'adore cette situation, mais on a pas le droit à 40 essais. Je remets la nymphe qui m'a valu une 52 il y a peu.

ca y est, je la vois, elle est 10m en aval. Premier lancer, je pose 2m devant elle, elle se décale et prends. Ferrage, puis combat sans encombres(c'est une gravière) et épuisettage. 52cm!

 




 

En allant l'épuisetter, j'ai décalé au moins 2 autres fishs. J'attends donc un moment, et un peu après, j'en voit 2 qui remontent tranquillement.

J'attaque la plus grosse, lancer, dérive, je la vois ouvrir le bec, je ferres; Trop tôt, loupé au ferrage! Je m'en veux car je sais bien qu'à l'aval, il faut différer un peu le ferrage. La plus petit est maintenant à mon niveau, mais je me fais "lever" lorsque j'essaie de lancer...

J'attends encore un peu, et je vois à nouveau un beau poisson qui remonte; Lancer, dérive, elle se décale, je la ferre, et je la perds presqu'aussitot. Il faut dire que je l'aurais un peu moins bridé, je ne l'aurai peut être pas cassée!

Je refixe une pointe, remet une nymphe, et après une demi heure d'attente, un poisson surgit de la bordure. lancer, dérive, animation, elle décolle et prends! Ferrage puis épuisettage, pour le plus "petit" poisson de la journée : 44cm.

 


 

A peine le temps de la relacher er de refaire le noeud, qu'un autre poisson me remonte dessus(c'est l'hallu!!!)

Lancer, dérive, animation, puis... Ferrage! OK, c'est bon, elle y est et finit également dans l'épuisette. 47cm pour celle-ci!

 



 

Cette fois, j'ai beau attendre, je ne vois plus rien!

Je referais 3 autres spots, mais je n'y vois rien; Il faut dire qu'il y a un peu plus d'eau...

Avant de rentrer, je repasse par LE spot. Rien... Je remonte tout de même Le vent se lève et rend le repérage compliqué, jusqu'à ce que je puisse apercevoir un gobage sur la bordure.

Malheureusement, le vent me fait plaquer le bas de ligne, et le draguage qui s'en suit fait fuir le poisson...

16h30, la journée est finie, mais quelle journée!!!

 

Repost 0
27 mars 2009 5 27 /03 /mars /2009 18:52

A la suite de la fameuse ouverture à Goumois, il y a la vraie ouverture le 14 mars.

Mais après l'ouverture et plusieurs sorties sur LA rivière, c'est capot à chaque fois. Seule une virée chez La Gambas m'a permit de plier un peu de carbone. V'là la tête à la Gambas!

 


 

L'autre jour, c'est à 5 que nous arrivons, motivé, et après une journée de stream et à attendre les éventuels gobages, seul Steph fera une jolie 47 au stream...


 

 

Puis vient enfin mon premier joli fish!

J'arrive au spot(pas de bonne heure), et bien sur l'ami Gérard est déjà sur place! Je vais le voir, on discute, puis on décide de se diriger vers l'aval pour chercher des gobages...

En descendant, j'aperçois un chevesne, puis derrière une truite qui nous vient droit dessus. J'arbalète, la nymphe s'immerge et arrivée à la même profondeur que la truite, cette dernière la voit, lui fonce littéralement dessus et l'engouffre! Ferrage puis gros combat, et Gégé me met ce joli poisson à l'épuisette : 52cm!


 



 

Par la suite, Gégé en loupera une en sèche, Fabrice va perdre un très joli fish en NAV, quasi à la nuit tombée, et enfin Marko fera une splendide 55 au leurre!



 

Reste plus qu'à attendre une petite hausse de la température de l'eau et des niveaux stables, pour que les coquines montent sur les bordures, et soient activent...

Repost 0
4 mars 2009 3 04 /03 /mars /2009 09:33

Et oui, ça y est, le 1er mars, synonyme d'ouverture à Goumois s'est achevé...

Après la victoire du 15 de France, la veille, nous prenons la route avec Steph et Tony, le samedi en début d'après midi. Après 3h de route, nous arrivons à la Chipotte pour récupérer notre carte journalière, puis direction les petits chalets pour retrouver l'équipe.

Cette année, nous étions un bon paquet(au nombre de 22) à nous retrouver chez Nattéo pour passer la nuit, et surtout faire honneur à la fameuse fondue au vin jaune d'Yvan!

Mais avant la fondue, il y a fallu gouter le punch qu'Yvan nous avait également préparer, puis, faire gouter le Pont à "la crevette", pour enfin en mangeant, gouter les nombreux "jus de raisin" que tout le monde a amené(bien évidement on a pas pu tous les gouter!!!)

Bref une bonne soirée, orientée rigolade et taillage de costards!

Couché pas trop tard, pour être à peu près en forme, mais c'était sans compter sur Yvan l'insomniaque, qui a réveillé tout le monde vers 4h30/5h, de peur de rater l'ouverture!!!

Après de nombreux cafés et discutions, histoire d'attendre que le soleil monte un peu, nous prenons la voiture pour changer de pays! En effet, côté français la route est bien dégagé et tout le monde reste donc de ce côté. Nous décidons donc, pour être tranquille de traverser, côté suisse pour trouver beaucoup moins de monde, à cause du chemin enneigé. D'un autre côté, il y a fallu rapidement laisser la voiture pour faire, au cours de la journée de nombreux kilomètres.

Mais le jeux en a valu la chandelle car on a trouvé quelques poissons actifs.

Premier fish en NAV de la saison, en face du pré Bourassin.

 


 

Tony en ratera une juste au dessus de moi.

On continue à descendre, et je fais enfin la rencontre de Matthias. A plusieurs reprises, nous avons discuté ensemble au phone, mais je rencontre enfin "ce parigot"(en tant qu'ancien parigot, je peux me permettre) passionné de zébrées en NAV!

Nous décidons de descendre jusqu'au moulin Jeannotat; Au cours de la descente, nous apercevrons quelques fishs mais aucun résultas, jusqu'à ce que Steph, nous fasse remarquer une belle dans une retourne peu profonde. Il l'attaque donc mais les réflexes ne sont pas encore là, et après avoir ferrer l'arbre derrière lui, puis fais un noeud au BDL, nous ne voyons plus le fish. Je me positionne tout de même en amont, dans un bosquet, histoire de voir si elle ne voudrait pas revenir; Après quelques minutes, la revoilà qui remonte en plein dessus. Je m'accroupis donc, pose la nymphe au fond, sur son passage présumé.

Tranquillement elle arrive dessus, et j'anime donc la nymphe, et pan, dans les dents!

Une 47 toute maigrichonne, qui devrait se requinquer par la suite...


 


 

De son côté, Tony, casse un fish et en rate un au ferrage. Tout comme Steph, "il n'est pas dedans"; Enfin, contrairement à Steph, je pense que pour Toni la bringue de la veille n'y est pas étrangère...

12h30, on décide de remonter sur les secteurs à March Brown, et en effet, arrivé au parcours mouche, il y a des gobages sur la bordure.

Tony attaque et loupe un joli fish.

Plus haut, je me positionne et attend un peu. 5/6 poissons sont en activité sur les 50m de bordure en amont de moi.

J'attaque le gobage le plus près, avec un petit parachute, car il y a peu de MB. A la deuxième dérive, je loupe le poisson au ferrage.

J'attend un peu qu'il regobe, puis j'opte pour une MB avec l'aile en flanc de canne. Cette fois-ci c'est bon, et une petite zébrée d'environ 30 finie dans l'épuisette.


 

 

Je laisse donc ensuite la place à mes collègues, mais quand cela ne veut pas, cela ne veut pas...

On commence à avoir mal aux pattes, et on remonte donc à la voiture. En remontant on croisera Yvan, Gérald et Lilian qui n'ont pas beaucoup réussi...

Juste avant de regagner la voiture, Tony loupera encore un fish en sèche.

16h, on se retrouve tous ensemble à Nattéo, pour se restaurer un peu, et dire au revoir avant de reprendre la route. On apprendra que peu de fish ont été pris, et même Fred "notre tocqueur" habitué des lieux, à sauver la capote in-extremis.

Un week end un peu court, mais bien content d'avoir revu les potos, d'avoir regouter la fondue au vin jaune d'Yvan, et d'avoir fait quelques fishs!

Rendez vous maintenant à Goumois pour la fermeture, à moins que cette année, je vienne y faire un tour pour les fameux coups du soir...

Repost 0
4 février 2009 3 04 /02 /février /2009 15:13
Ca y est, l'ancien est bien rentré en métropole, et a quitté son pagne; Hier soir, je m'empresse donc de lui rentre visite pour avoir des nouvelles!
Autant le dire tout de suite, niveau pêche aux leurres cela a été assez décevant, pour 2 raisons : des niveaux d'eau pas stable, et une obligation de "rendement" pour se nourrir qui l'a poussé vers la pêche traditionnelle!
Car là-bas, il y a peu de no kill! Si l'on ne chasse ou ne pêche rien, on ne mange pas!
Pour parler pêche, il y a la pêche au poser avec ce genre de ligne que Yannick a toujours utilisé.



Les pêches classiques au filet ou à l'epervier.



Au passage, une sacrée surprise dans un des filets, un matin, un petit anaconda de 3m. Etant considére comme une sorte de divinité, interdiciton de le tuer, et donc grand moment pour le libérer.



Et ensuite, les pêches plus, comment dire...
Enfin, la pêche à l'arc ou au fusil; Du lourd quoi!

Viens donc le départ, et voilà a quoi ressemble une expédition en forêt. Beaucoup de matériel, et il faut que tout tienne dans le bateau.




Puis la majestueuse rivière et ses innombrables sauts (cascades) à passer avec le moteur hors bord à fond les ballons.



Bien evidement, plus on remonte, plus il y a du boulot pour pouvoir progresser.



On croise bien évidemment, quelques habitants plus ou moins sympa.






Ceux-là vont finir sur le feu pour le casse croute.



Et vient ensuite les poissons.
Le fameux aïmara.





Quelques petits poissons en vrac.





Et un splendide soulouï que l'ancien a fait le dernier jour.



Un voyage un peu décevant niveau pêche, mais que Yannick n'est pas près d'oublier.
Cela lui a permit de revoir des amis qu'il n'avait pas vu depuis un très long moment.
Rien qu'à voir la lueur dans ses yeux pour me raconter quelques anecdotes, et l'on comprend que c'est magique...

Comme cette soirée où le chef de village roulait lui-même ses cigares, et donc tout naturellement, Pierre, le père de Yannick, a été obligé de faire une infidélité à sa pipe, pour "se forcer" à gouter le précieux cigare... 


Bref, si vous demandez à Yannick quand est ce qu'il veut repartir, pour lui, c'est au plus vite...
Repost 0
26 janvier 2009 1 26 /01 /janvier /2009 17:49

L’ancien, c’est le surnom de Yannick. Je le considère, avec Toto, comme un frangin !

On s’est rencontré tous les 3 au lycée, soit il y a un peu plus d’une douzaine d’année.

Lors de notre rencontre, je ne le savais pas, mais cela faisait peu de temps qu’il était en métropole… En effet, l’asticot est né à Dijon, mais à 3 mois, ces parents, qui sont ethnologue, sont reparti en Guyane. Il a donc vécu avec les indiens de Guyane jusqu’à 15/16ans. Le gaillard a ainsi un vécu de folie, et l’on ne se lasse jamais de l’écouter parler de la Guyane et de ses aventure là-bas ! Les combats avec d’énormes Aïmaras, les rencontres avec un anaconda, ou encore les parties de chasse de nuit, etc… Bref de formidables histoires qui seraient bon de regrouper dans un livre…

 

Lors de notre rencontre(au passage, grâce à ma copine de l’époque…), on ne pêchait pas encore à la mouche. Seul Yannick, commençait à déployer un peu de soie. C’est donc grâce à lui, que je pêche à la mouche(tout comme Toto) ! Encore merci l’ancien !

Au début, il y a eu les « entrainement » au moulin, chez lui, sur les poissons blancs, puis ensuite les réservoirs du Morvan, avec notre première sortie au Moulin Tala.

Je m’en rappelle encore : En arrivant en milieu de journée, on a croisé un gamin qui rentrait du plan d’eau, avec une belle truite ; On s’est regardé en se disant, si le gamin en a fait une, on devrait pouvoir en faire autant. Et bien non, on a fait tous les 2 un beau capot.

 

On s’est ensuite amélioré en réservoir, puis quelques saisons après, on a décidé de se faire une virée en Franche Comté, avec la haute Seine à Vix(on s’est fait sortir car on pêchait en wad alors que c’était interdit), la haute rivière d’Ain, puis la Loue à Montgesoye et enfin le Doubs à Goumois.

Bilan de ces 4 jours encore un beau capot, mais que de souvenirs(je m’en rappelle encore très bien, alors que c’était il y a un peu plus de 10 ans)...

 

Durant ces années, on voyait moins Toto, car il était à fond dans les études, et plus éloignés.

On a donc fait les 400 coups, mais cela se finissait toujours bien.

 

Ensuite, nous avons attaqué la compèt en réservoir ensemble, mais par la suite, l’ancien avait d’autres projets, au niveau familiale et professionnel…

Cependant, cela ne nous a pas empêché, et ne nous empêche toujours pas, de se retrouver tous les 3 au bord de l’eau, comme la saison passée sur la Loue !

 

 

De temps en temps, on reviens également à "nos premiers amours", la pêche des carnassiers; Soit on se retrouve chez Toto pour une traque des sandres de Seine, soit du côté de chez l'ancien...


 

Je vous parle en fait de l’ancien car le gaillard doit rentrer en fin de semaine d’un trip d’un petit mois en Guyane à pêcher le fameux Aïmara et autres poiscailles de là-bas. 

Ainsi, dès que j’aurai récupérer les photos, je ferais un petit compte rendu de son voyage.

Avec Toto, nous lui avions sélectionné du matos a tester, car nous devrions nous y rendre tous les 3 à l’automne…

 

J’attend donc avec impatience son retour, pour voir les poissons qu’il aura réussi à leurrer, et pour avoir son ressenti sur « son retour aux sources »
Repost 0