Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
1 août 2008 5 01 /08 /août /2008 18:27
 Par chiroman le mercredi, mars 26 2008

Comme l'a dit Fred durant l'ouverture à Goumois, il y a peu : « Alex, il est encore capable de nous sortir une poiscaille bizarre... » Et bien, c'est assez vrai, et lorsque je vois un poisson peu commun pour le lieu, je ne peux m'empêcher de le pêcher...

Il faut dire que j'ai été à bonne école avec l'ami Lorenzo, car il en a fait des coups de ligne hallucinants! « Le pire » coup qu'il m'a fait, c'était en pêchant à la roulette dans le raide sous le pont du chemin de fer à Pont d'Ain : A force de peigner les courants, au bout d'un moment, son BDL s'arrête, il ferre, pendu! Il combat un gros poisson dans le bouillon, et au bout d'un moment arrive à l'amener à l'épuisette; Mais a force de rentrer son BDL, la mouche tape dans l'anneau de tête!!! Et oui la mouche était passée dans l'anneau d'un émérillon, lui même relié à un BDL d'un mètre cinquante en 25 centièmes et au bout de cela, une truite de bien 3 livres qu'un pêcheur au posé avait du cassé auparavant... Si ça c'est pas du coup de ligne de tordu!!!

Mais l'asticot en a fait d'autres... Par exemple, prendre un cristi au streamer avec une BRA à 150m3! Ou bien encore, le coup où il a pris un ombre sans s'en rendre compte : Il était quelques mètres en amont de moi; Nous surveillions une truite, et pour être rapidement en action, il avait laisser sa mouche dans l'eau à son aval(donc à peu près en face de moi). Tout à coup je regarde à mes pieds, et je vois un ombre en train de manger sous mon nez! Et je dis à mon collègue : « tiens y a un ombre qui est en train de machouiller quelques chose ». Du coup, il lève la canne, et l'ombre est au bout!!!

L'ami Jeannot nous a aussi fait un sacré coup, il y a quelques temps... C'était durant l'été 2002. Je reçois un coup de fil de sa part : - « Tu sais pas ce que j'ai pris? » « Non, racontes... » «  J'ai fait plusieurs corégones dans la retourne où on avez vu la 80, l'autre jour! » « Mais à la mouche??? » «  Avec une Oreille de Lièvre, un BDL de 9m pour pouvoir descendre profondément, tricoter très lentement... » «  Superbe coup Jeannot, bravo! »

De mon côté, je me débrouille pas mal aussi... Je passe sur les chevesnes et autres barbichons...

Cette saison, il y a eu un autre cyprin : la tanche! Jarrive sur la petite retourne situé en amont du no kill situé juste en dessous de Moulin du Plain. Je vois tout d'abord un ombre avec un comportement très bizarre; Il fouille dans la vase en bordure, pour chercher des larves! Puis je vois un deuxième ombre qui traine un peu plus loin. Et puis posé au fond, je vois un autre poisson; Au début je pense encore à un ombre, mais en y regardant mieux, je ne vois pas de grande dorsale! Peut être une tanche??? Je change de nymphe pour quelques chose de plus lourd, et un peu plus voyant : Une Pheasant Tail à bille orange. Après quelques posés mal orientés, j'arrive à poser où je voulais. La nymphe arrive au fond sur la gauche du poisson; Je commence à l'animer par de petits coups de canne et arrivé à quelques centimètre le poisson se décale et engouffre la nymphe! Une jolie tanche du Doubs.

Il y a ensuite les carpes. C'est mon cyprin préfére! La plus grosse que j'ai faite, c'était il y a peu à Virieu, et la technique était un peu particulière : une S7 avec un BDL en 25 centième et un stream rose fluo en hameçon de 4 tige longue, et le tout lancer au taquet(c'est à dire à un peu plus de 30m!) Durant de nombreuses minutes, je me demandais ce qui pouvait tenir le fond comme cela? Mais quand je l'ai vu monter en surface, c'était un peu la surprise!

Il y a eu aussi cette koï prise au Tala, avec une nymphe de mouche de mai.

Enfin, les carnassiers. Cela aurait pu être un de mes plus beau coup de ligne : C'était l'an passé sur la BRA. J'étais accompagné de Philippe. La journée commencait mal, le temps etait très bas, et la pluie etait de la partie; En plus, j'ai fêté la veille la naissance de ma filleule, du coup, je ne suis pas très frais... Bilan de la matinée, une belle casse au ferrage sur une belle 60 qui mangeait comme une dingue(c'est bien fait, j'avais qu'à moins arrosé ma filleule!!!) Arrivé 14h nous sommes trempés, et nous decidons de finir la partie de pêche; Mais avant de partir nous repassons où nous avions attaquer la journée. « On regarde vite fait quand même avant de rentrer? » Et on a bien fait, car il y a des poissons partout!!! Mais les garces ignorent totalement nos imitations... Puis, tout à coup mon compère hurle : « Y a un fish enorme là!!! » J'arrive vers lui, mais la poiscaille est déjà parti... Il me dit que cela faisait pas loin du mètre, mais il ne sait pas ce que cela pouvait être... Bon, ben on ne saura jamais... Mais un quart d'heure après, un peu plus haut, je vois un bec de pas loin du mètre, posé sur le fond. J'appelle mon collègue : « Alors, c'est ça que tu as vu tout à l'heure? » « Surement » Je désafine le BDL, et je mets un 14 centième(pas plus gros dans le gilet, tant pis!) Il est dans plus de 2m d'eau et il y a du courant; J'opte donc pour une grosse roulette bien brillante, en espérant que cela l'agace...(j'ai pas de stream assez lourd!) Au bout de quelques lancers, je lance : « c'est maintenant ou jamais...) J'anime par de grosses saccades ma nymphe. Arrivé à proximité le brochet se décale, mais je ne l'ai pas vu ouvrir le bec; Tant pis, je ferres! Grosse chandelle et la 9' soie de 4 est littéralement pliée en 2! Phil est comme un dingue, et n'en revient pas comme la canne est cintrée... Au bout de quelques minutes, il arrive à portée de ma grosse raquette. Je tente le coup pour écourter le combat. Les 2/3 tiers du corps sont dans l'épuisette, mais par un puissant coup de queue(à cette taille cela a une sacrée caudale!!!), il ressort et prend le courant... Quelques secondes après, je le perdais dans un enrochement plus bas...

Mais pour en revenir aux prises qui ont fini dans l'épuisette, il y a eu ce poisson le long du camping de Pont d'Ain. C'était en fin d'après midi, ma journée était quasiment finie, mais avant de partir, je voulais faire cette bordure. Arrivé au ¾ de la longueur, je n'avais toujours rien vu; J'étais près à partir, et comme souvent on se dit, encore une trouée... Et là, je vois un poisson tout noir, posé au fond. Qu'est ce que cela peut bien être? Je n'en ai aucune idée, du coup, je descends une nymphe bien plombée, grosses saccades, rien.. J'en mets une autre plus brillante, rien! Tant pis, je tentes un stream. Je lances le stream plus haut pour qu'il arrive à son niveau, animation, le poisson ouvre le bec, le ferme; Je ferre, pendu! La mamie qui pêche les vairons en face me voit sauter à l'eau, et se demande ce qu'il se passe??? Au bout d'un moment, je monte le poisson en surface, et c'est un sandre d'un peu plus de 60!

Voici quelques prises peu communes que l'on peut faire avec une canne à mouche... Vous l'aurez compris, lorsque je pars à la pêche, je ne sais pas quel poisson va rentrer dans ma raquette! Il ne reste plus qu'à attendre que les eaux Francs Comtoises s'éclaircissent...

Repost 0
1 août 2008 5 01 /08 /août /2008 18:01
 Par chiroman le mercredi, février 6 2008

Depuis le temps que cette rivière hante mes pensées, il fallait bien que j'écrive un petit truc sur la Basse Rivière d'Ain!

Cette rivière est vraiment particulière pour moi, car après avoir quitté mes réservoirs morvandiaux, c'est sur cette rivière que j'ai débuté la pêche en cours d'eau. Enfin, cours d'eau, voir limite fleuve pour la BRA! De plus, j'ai eu la chance d'avoir un guide particulier, en la personne de l'ami Laurenzo. Ce dernier la pêche depuis qu'il a une quinzaine d'année, et m'a donc permi de découvrir toutes les techniques rivières, et de gagner du temps dans la découverte des secteurs. Je suis encore loin d'arriver au niveau du prof, mais je m'attache à m'y approcher; Et certaines fois, j'arrive à voir un poisson avant lui, ou mieux, j'arrive à le « driver » pour tenter une belle!

Ma rencontre avec cette rivière, remonte donc à l'an 2000; A l'époque, je bossais à Bourg en Bresse, et cela me permettais donc d'y être très souvent fourré. Et durant les périodes fastes, je me levais à l'aube pour pêcher jusqu'à 8h30, puis reganger le taf à 9h. Et lorsque 19h arrivait, je m'empressais de sauter dans la carriole pour rejoindre les chemins en terre du bord de l'Ain. Bien sur, les rencontres se succèdent : le Grand Pierre, grand ami de Laurenzo, et personne très attachante. Avec son allure de Gaston Lagaffe(on pourrais écrire un livre sur toutes ses histoires de pêche), le Grand, comme on le surnomme, connait également très bien cette rivière, et ne manquerai pour rien au monde, ses fameux gloops(« espèce de gobage que font les grosses truites lorsqu'elles mangent les gamarres dans très peu d'eau). Fred R., secrétaire à l'UPRA et grand pêcheur des truites de l'Ain; C'est toujours avec plaisir que l'on se croise sur nos secteurs pour parler de la rivière, des truites misent à l'épuisette, ou bien les grosses perdues. L'ami Jeannot, grand pêcheur, et qui lorsqu'il est sur la BRA ne recherche que les grosses truites. Son expérience et sa vision de l'approche est toujours pour moi un exemple! Une personne presqu'aussi importante que l'ami Laurenzo, même si je ne le croise pas assez souvent... Ou bien, le petit papy qui pêche à la calée, et qui est là depuis des dizaines d'années. On parle de l'évolution de la rivière et de l'écosystème, ou encore de la belle qu'il a cassé hier. Bref toute ces rencontres toujours plaisantes et enrichissantes...

Ce qui est formidable avec cette rivière, c'est que lorsque l'on part à la pêche, on ne sait absolument pas sur quel poisson on va tombé en face... Que ce soit ce sandre d'environ 70 posté sur la bordure le long du camping de Pont d'Ain, et leurré au stream blanc à vue; Ou bien ce cristivomer pris au stream par Laulau avec une rivière à 150m3; Ou encore cette série de corégone pris par Jeannot dans un profond avec une oreille de lièvre; Mais il y a aussi ce brochet frôlant le mètre, perdu l'an passé avec Phil, avec une 9'soie de 4 et un 14 centième... En fait, lorsque je suis au bord de la BRA, du moment que le coup ligne peut valoir le coup, je peux attaquer n'importe quel fish; Tanche, carpe, perche, ou autre, tout poisson mérite d'être leurrer sur la Basse!

Mais pour l'instant, pour moi, encore jeune pratiquant de cette rivière, il y a l'avant et l'après 2003. Enfin surtout pour ce qui est de l'ombre, car au niveau truite la différence n'est pas trop trop marqué; Mais pour les ombres, cette canicule a vraiment fait du mal. Je me rappelle mai 2003, et cette quantité d'ombres, tous concentré, alors que je n'avais jamais vu ce phénomène? C'est sur que le printemps 2003 a été phénoménale niveau pêche, avec des ombres record de pris, mais à partir de juin, cela a tourné au cauchemar... D'après ce que disent les anciens, la BRA a un cycle décennale : tous les 10 ans, une catastrophe apparaît : Un coup la furonculose, une autre fois, la canicule, etc... Enfin, les stocks remontent gentillement, et avec une fraie 2007 qui a très bien réussi, les choses rentrent doucement dans l'ordre... A la suite de cette canicule, j'ai déserté la BRA pour laisser les survivants tranquilles, et avec cette "dispariton" des ombres, je me suis un peu plus rabattu sur les zébrées(car auparavant, je pêchais plus les groins), et je dois dire que cette saison passée apluoto été réussie, malgrès des conditions météos pas toujours faciles(mis à part avril). De plus, cela faisait un bille que je n'avais pas vu autant degamarres!

Et qui dit grosses truites de la BRA, dit automatiquement gamarres!!! Quel ballet magnifique de voir ces milliers, ou ces millions de crevettes se promener sur les bordures. Et forcément cette manne attire les poissons; Même les ombres se retrouvent dans très peu d'eau à piocher un gamarre à droite, à gauche.

La période des crevettes est un moment a ne surtout pas louper car les poissons, voir les très gros poissons sortent des profonds, pour récupérer cette quantité de protéïne. J'ai pu voir certains poissons remonter la bordure guele grande ouverte pour engloutir un max de crevettes. Autre chose particulière, certaines ont le bec complètement rapé à force de cogner les pierres pour manger les gamarres! Voir 3 totoches tournait dans une retourne de quelques m2 est un spétacle qui fait dresser les poils sur les bras!!! Et au cours de ce mois d'avril, les grosses sont sorties : Avec mon compère, on a pu en voir quelques unes passées les 70( sans malheureusement pouvoir les leurrer); Mais le poisson de la saison a été pris par le président de l'UPRA, Daniel Rojon, avec un poisson magnifique de 'un peu plus de 75cm!

Mes quelques voeux pour 2008 sont : un été pas trop sec afin de limiter la mortalitée, beaucoup de gamarres pour faire sortir les grosses, et pas trop d'ouverture de robinet par la fée EDF, pour éviter de dégrader la rivière et ne pas faire de la route pour rien!!! Et si l'on a tout cela, les truites devraient répondre présent...

Allez plus qu'un mois avant de retrouver le Grand Pierre, Jeannot, ou encore Fred, qui doit d'ailleurs m'emmener sur quelques secteurs que je connais mal... Et bien sur retrouver la rivière!

Repost 0
1 août 2008 5 01 /08 /août /2008 16:07
  Par chiroman le vendredi, juillet 13 2007

Comme je vous l'ai dit, mon blog est surtout axé sur la Nymphe A Vue, car c'est la pêche qui me procure le plus de sensations!

Plus qu'une pêche, c'est pour moi une traque, surtout sur les grosses zébrées. Cependant, cette chasse des grosses truites est une pêche « ingrate », car sur une journée de pêche, certains jours la nymphe, n'est quelques minutes dans l'eau... Mais quel spectacle, lorsque l'on voit UNE belle : La voir se déplacer, prendre une nymphe, monter sur un imago pour finalement le refuser, chasser une truitelle de son territoire... Pour cette pêche, la discrétion et la présentation sont primordiale, car avec de jolies zébrées, nous n'avons pas le droit à beaucoup d'essais, et le premier passage, s'il est impeccable est souvent le bon!

Pour les ombres, c'est un petit peu différent, car ils sont « un peu moins » craintif, et l'on peut passer de long moments à leurs présenter différentes nymphes. Cependant, là aussi la présentation est très importante, et on est souvent obligé de leur amener la nymphe « dans le bec »

 

Ensuite, comme pas mal de monde(je pense), la pêche en sèche est évocatrice de « rêves », et quel bonheur, de voir le museau d'une belle zébrée percer la surface pour venir aspirer un imago ou un spent!!!

Je pratique ensuite d'autres techniques, comme la roulette, le stream, et à de rares occasions, la noyée, mais j'avoue éprouvé moins de plaisir...

Mais, je pratique également d'autres pêches : Avant d'être piqué par le virus mouche, je pêchais le carnassier, et en particulier le sandre. Et lorsque les conditions ne me permettent pas de pêcher à la mouche(conditions météo défavorables, ou fermeture de la première catégorie), j'aime revenir aux sources, avec la traque des carnassiers.

C'est une pêche technique, surtout en rivière ou en fleuve : lecture des postes, trouver le bon lestage pour que cela pêche propre, trouver le bon leurre et l'animation du jour pour les titiller, etc... J'avais fait une longue pause carnass, mais ces derniers temps, l'ami Toto a trouve de supers spots, et c'est avec grand plaisir, que je repratique cette pêche. En plus, il commence à toucher du silure sur du matériel léger(canne de puissance d'environ 50gr et tresse en 15 centième), et là attention les sensations!!! La semaine passée, il s'est fait sortir, les 110m de tresse, plus une cinquataine de mètres de nylon, avant de dépiquer à ses pieds un silure proche du mètre 80!!!

Durant l'été, avec un lac de 140 hectares à quelques mètres de chez moi, j'aime y venir pêcher à l'anglaise et au quiver, les cyprinidés comme les rotengles, gardons, brêmes, tanches... Et lorsque « le bon Yann », est dans le coin, une petite nuit à pêcher la carpe, est toujours, sympa, surtout avec un bon pote...

Bref, pour moi, toute les pêches sont belles, à partir du moment où elles sont faites, dans un bon esprit, et surtout qu'elles me procurent des sensations. En plus, le fait de pratiquer différentes pêches, est pour moi, important, et permet de penser et donc de pêcher differement par rapport aux pêcheurs qui n'ont qu'une technique dans leur sac...

Repost 0
1 août 2008 5 01 /08 /août /2008 15:40
Bonjour et bienvenue sur mon "carnet de pêche"!
Tout d'abord, une petite présentation...
Je m'appelle Alexandre, j'ai 27 ans et pêche à la mouche depuis une douzaine d'année. J'ai débuté mon apprentissage dans les réservoirs du Morvan, où après quelques temps, j'ai intégré un club pour me lancer dans la compétition, afin de rencontrer d'autres pêcheurs et ainsi d'autres visions de la pêche... Après 3/4 ans, je déménage et change également de club. J'intègre ici, un club moins axé réservoir ce qui me permet de faire mes armes sur la Basse Rivière d'Ain; En contre partie, cela ne m'empèche pas d'avoir également de beaux résultats en réservoirs. Après avoir gouté à quasiment toutes les techniques en rivières, une seule, pour moi, sort vraiment du lot, c'est la nymphe à vue... J'ai maintenant arrêté la compétition, pour consacrer mon temps à la quète de poissons à vue. J'ai donc créé ce blog pour vous faire partager ma vision de cette superbe technique. En espérant que cela vous plaise...

 Et bonne visite!

Repost 0